Warning: Use of undefined constant set_html_content_type - assumed 'set_html_content_type' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/27/d397596668/htdocs/QualiteRelationnelle/wp-content/plugins/RunClickPlugin/google_hangout_plugin_connector.php on line 4660
Envie d'abandonner

«

»

Avr 04

Envie d’abandonner

Abandonner un projetVous est-il souvent arrivé d’avoir envie d’abandonner ?

Cette semaine, mon intention était de vous offrir un article sur Le don du pardon, suite à ma participation le week-end dernier aux 2 séminaires qu’Olivier Clerc a organisé à Nantes, le premier consacré au l’utilisation du Coffret le Jeu des Accords Toltèques et le second à l’animation de Cercles de Pardon.

3 évènements sont venus bouleverser mes projets, comme souvent dans la vie quotidienne.

Les 3 évènements du jour

Le 1er : Je parle avec mon ami Paul au téléphone et nous échangeons sur le thème de l’abandon.
Abandonner sur le chemin de son but, par exemple.
Paul m’envoie ensuite un texte que je vais vous partager car il est chargé pour moi d’une grande symbolique.

Le 2nd : je reçois un SMS de mon fils Jérémy qui me dit en parlant de son épouse:
« Didi a fait une fausse couche cette nuit.
On va bien car c’était un « œuf clair », il n’y avait pas d’embryon donc pas de bébé dans le ventre ».

Le 3ème : un commentaire échangé avec Nicole du Blog Éveil Art et Nature dans le cadre de mon précédent article sur le doute.

Question : Les enfants ont -ils le droit de faire des erreurs ?

Ces 3 évènements, qui peuvent sembler à priori n’avoir aucun lien entre eux me font TILT !
Ils ont en toile de fond tous les 3 un point commun : celui de l’abandon.

L’abandon, le point commun

Prenons les dans l’ordre :

Abandonner un projet

Voici le texte du mail reçu de Paul suite à notre échange téléphonique :

Abandon ou Détermination

Abandon ou Détermination

Et vous voudriez abandonner ?

3 fois, Steven Spielberg a été recalé à ses études de cinéma.
5 maisons d’édition ont refusé de publier Harry Potter.
26 ont refusé à Tim Ferris sa « semaine de 4 heures« .
301 banques ont rit au nez de Walt Disney et de son idée de parc à thème.
1000 façons ont permis à Edison de « ne pas » faire une ampoule avant de trouver comment en faire une.
2000 tentatives sont nécessaires à un bébé pour réussir ses premiers pas.
5126 prototypes ont permis à James Dyson de créer l’aspirateur sans sac.

On a tous des moments de découragement et lorsque l’on voit d’éclatantes réussites, on a toujours tendance à omettre les difficultés que les personnes ont pu avoir avant d’en arriver là. On peut douter, avoir des coups de mou, mais il faut repartir, pratiquer, avancer, encore et toujours… !

L’illustration ci-dessus n’est-elle pas symbolique ?
Quel est des 2 personnages celui qui vous inspire le plus ?
Celui du haut ou celui du bas ?
Moi, j’ai fait mon choix !
Et vous, quel est votre choix ?

Abandonner un désir d’enfant

Désir d'enfant

Désir d’enfant

A titre personnel, je suis particulièrement touché par le thème de la fausse couche.
J’ai eu l’occasion au cours de mes différentes formations en lien avec la qualité relationnelle d’échanger avec beaucoup de femmes qui avaient fait une fausse couche.
Une femme m’a particulièrement touché.
Si ma mémoire est bonne, elle a du faire 5 fausses couches avant d’avoir son 1er enfant !
A-t-elle abandonné son désir d’enfant ?
Non !
A chaque fausse couche, elle puisait dans cet évènement une force supplémentaire pour faire grandir son désir en elle.
Son désir de donner la Vie était devenu si grand, si puissant en elle qu’elle a persisté encore et encore jusqu’à la Vie lui dise : OK, c’est maintenant, tu es prête !
Et elle a accouché d’un magnifique garçon.
C’est comme si les « échecs » des fausses couches précédentes avaient été nécessaires pour nourrir la graine de cette future relation Mère-fils.

Hier soir, je parlais au téléphone avec Nolwen, ma fille de 20 ans qui me posait la question :
« ça te fait quoi, Papa, de savoir que tu vas être grand-père ?« 
J’étais étonné du peu de réaction émotionnelle que sa question a provoqué en moi, ce qui a surpris ma fille et moi-même également.
Moi qui suis très sensible à la relation Parent-Enfant, j’avais du mal à donner du sens à ce comportement.
Comme si une partie de moi, en lien inconscient avec Didi, « savait » qu’elle ne portait pas encore d’âme dans son ventre.

J’ai Foi en la Vie et j’ai l’intime conviction que Didi portera un enfant à terme quand ce sera bon pour elle et pour Jérémy, pour leur relation de couple ou de futurs parents. A eux de faire le choix de ne pas abandonner ce désir d’enfant à la 1ère difficulté, au 1er écueil sur le chemin.
J’ai confiance dans cette capacité qu’ils ont ensemble à construire leur couple et leur vie future de parents dans la durée.

Abandonner à la 1ère erreur commise

Maxime à 4 ans

Maxime à 4 ans

Notre éducation (en tout cas la mienne) nous a conditionné pour avoir peur de l’échec.
Et à force d’être critiqué, jugé sur le résultat et non sur la progression, nous arrivons à douter de nos capacités à réussir et à persister dans nos entreprises.

Je reprends ici 2 extraits  de commentaires :

  • Celui de Nicole :Je travaille souvent avec les petits enfants et je suis toujours interpellée quand je vois que dès l’âge de six ans, des enfants n’osent pas, car ils doutent de leurs capacités à y arriver et ne commencent pas leur dessin! Adultes et enfants voudraient être maîtres en apprenant!
  • Celui de Philippe :
    L’enseignement est dispensé par des personnes qui passent leur vie à l’école, de la maternelle le primaire le collège le lycée la fac, puis un poste d’enseignement. Ils ne peuvent que perpétuer ce qu’ils ont eux mêmes vécus. Mon petit neveu de 6 ans à eu des points en moins car il avait démarré son exercice avant que la maitresse donne le feu vert. Quand tu es entrepreneur, tu ne peux pas attendre le signal!

Voici ce que j’ai répondu au commentaire de Nicole :
De mon point de vue, il y a une racine derrière tout cela, celle de l’éducation des parents qui retranscrivent avec leurs enfants le même type d’éducation qu’ils ont reçue, basée sur la peur, le manque et la focalisation sur le résultat (la fameuse note qui va dire si j’ai « bon » ou pas).
La source de la Vie est faite d’abondance, d’empathie, de compréhension, de chaleur du cœur, d’une focalisation sur le bonheur du chemin et non sur la destination.
Je rêve d’un monde qui soit focalisé sur la progression, sur le progrès et où l’échec sera magnifié car l’échec contient en lui la graine d’un succès futur.

Soyons un exemple pour les autres

Heureusement, une médaille comporte 2 faces.
Et si nous nous polarisions sur le côté positif de la médaille et décidions d’être un exemple pour nos enfants en apprenant le langage du cœur, de l’espoir et de l’amour, celui de la Vie ?
C’est facile à faire !
Regardez comment cet homme, soutenu par son père a réussi grâce à sa détermination et la force de Vie qui est en lui à faire lever 65000 personnes dans un stade :

La course de Derek Redmond

 

La question du jour

J’aimerai maintenant que vous vous exprimiez en répondant à ces 2 questions dans la zone commentaire ci-dessous :

  • Vous est-il arrivé dans votre vie d’avoir eu envie d’abandonner ?
  • Si oui, comment avez-vous réagi et quelle leçon en avez-vous tiré ?

Même dans le choix d’abandonner, il y a un bénéfice caché :-)

Pensez à vous inscrire !

Comment atteindre vos objectifs.... Même si vous avez des problèmes !Au fait, pensez à vous inscrire dans le formulaire en haut dans la colonne de droite.
Vous recevrez en cadeau l’Ebook gratuit « Comment Atteindre vos Objectifs… Même si Vous Avez des Problèmes« .
La lecture de cet Ebook va vous apporter énormément de valeur notamment sur les points suivants :

  • Comment voir une opportunité dans chaque problème
  • La découverte du 3ème mot dans l’expression « Voir + Croire + …. = Pouvoir »
  • L’identification des croyances qui vous enferment
  • 4 exemples d’histoire : Victime ou Responsable
  • Le modèle utilisé par ceux qui transforment leurs problèmes en opportunités.
Share

(58 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Dorian

    Bonjour Maxime,

    Ha l’abandon…il y a une grande différence entre l’envie d’abandonner et l’abondon. Mais généralement, lorsque l’envie est là, le fait n’est n’est pas loin.

    Pourtant, c’est seulement du à une erreur de notre éducation. Tout le monde fait des erreurs. Tout le monde a le DROIT de faire des erreurs. Et surtout, SURTOUT, l’erreur et l’échec sont sur le chemin de la réussite. Obligatoirement !! Une réussite sans difficulté a moins de saveur et je doute même qu’elle existe. Un échec n’est qu’une difficulté que l’on refuse de surmonter et qui est à la base d’un manque de confiance en soi et plus précisément en ses capacités.

    Mais on peut apprendre à surmonter cela à tout moment dans notre vie.

    Merci pour ton article.
    Bien amicalement,
    Dorian
    Lisez mon dernier article -> Et si vous aviez 6 mois de vacances 2 fois par an ?My Profile

    1. Maxime

      Bonjour Dorian,
      Tu as tout à fait raison.
      Dans tout échec repose le germe de la réussite.
      C’est une loi de la nature qui est faite de contrastes, comme le Yin et le yang.
      Seulement, comme pour un fruit qu’il faut découper ou laisser pourrir pour avoir accès au noyau, c’est en se plongeant au cœur de l’échec que nous allons toucher la réussite.
      N’est-ce-pas, M. Claude Cleret, expert de Booster Gala ?
      Merci de ton commentaire et de sa richesse.Vis une merveilleuse soirée.
      Maxime

  2. Yannick

    Bonjour Maxime,
    C’est souvent lorsque l’on arrive prêt du but que nous prend l’envie d’abandon, alors que souvent avec un (petit) effort supplémentaire on atteint son objectif… Ceci pour répondre au dessin, mais l’autre réflexion qui me vient: « est-ce que abandonner est signe de lâcheté ou savoir ce remettre en cause pour avancer différemment? » La course de Derek Redmond me donne une partie de la réponse, un très grand moment d’émotion…
    Bel article comme d’habitude
    Lisez mon dernier article -> Yannick 41 ans / 50 ansMy Profile

    1. Maxime

      Coucou Yannick,
      « Est-ce qu’abandonner est signe de lâcheté ou savoir se remettre en cause pour avancer différemment? »
      Excellente question qui me plonge dans la réflexion :-)
      Yes !
      J’ai ma réponse !
      Mon ego est content !
      Se remettre en cause pour avancer différemment, ce n’est pas abandonner, ce n’est donc pas être lâche, c’est choisir un chemin différent pour continuer à aller vers son but !
      Moi aussi, j’ai ressenti une très grande émotion en regardant la fin de la course de Derek Redmond.

      Vis une merveilleuse soirée.
      Maxime

  3. Francoise Caroline

    Bon Maxime, je vais répondre à une première question restée dans ma tête il s’agissait du plus grand doute de ma vie…. ai-je bien fait d’être une fille? ….J’ai fini par y répondre « oui » (….comme si j’y étais pour quelque chose?) à l’idée que sinon il m’aurait fallu faire le service militaire (en vigueur à l’époque)….. Tout ça pour te certifier que ta question m’a fait gamberger…..

    Aujourd’hui ta question résonne aussi très fort pour moi, dans le sens des deux mots …. abandon et abondance….comme si l’abondance nous rejoint plus facilement dès que l’on accepte de s’abandonner….( Moment de ta vidéo où le fils pose sa tête sur l’épaule de son père)…..S’abandonner est possible quand on sait l’univers comme ce père…. à nos côtés !
    Bises
    FC

    1. Maxime

      Hello ma chère Françoise Caroline,
      Heureux de te lire, très chère habilleuse d’âme :-)
      Aurais-tu pu vivre ta vie et nous offrir tous tes talents si tu avais été un garçon ?
      J’en doute !
      Abandon et abondance !
      Tu fais vraiment fort !
      Merci tout plein.
      C’est cette notion d’abandon dans le sens lâcher prise qui va nous relier à l’abondance.
      Absolument.
      Cela me renvoie à la citation du tome 3 de Transurfing (Voir ma réponse au commentaire de Philippe Geffroy, notre ami commun !).

      Vis une merveilleuse soirée et un grand coucou à Anne-Sophie.
      Maxime

  4. Ali du blog La Reflexologie&Le Bien Etre...

    Salut Maxime,

    Quel être humain n’a jamais eu envie d’abandonner? Bien sûr et je trouve cela tout à fait légitime. Par contre, j’ai décidé lorsque je lance un projet d’aller jusqu’au bout, en gros mourir au combat ou bien en sortir vainqueur :)
    Mais cela demande une grande énergie et un mental à oxygéner régulièrement :)…

    Merci pour cet article et à très bientôt !

    PS : J’ai beaucoup apprécié ton intervention chez Lorenzo ! Bravo.
    Lisez mon dernier article -> Sommeil et Phytothérapie… Des exemples concrets de plantes favorisant l’endormissementMy Profile

    1. Maxime

      Bonjour Ali !
      Mourir au combat?
      Cela demande une grande énergie et un mental à oxygéner régulièrement.

      Quelle belle attitude de guerrier, en langage Transurfing.
      Te reconnais-tu dans cette définition (extraite du glossaire Transurfing):
      Un guerrier a choisi de se battre avec le monde pour prendre sa place au soleil. En adoptant une position dure, l’homme entre en guerre avec les balanciers, attiré par la compétition, bataille contre tous les obstacles de plus en plus nombreux qui se dressent sur son chemin… Sa vie entière est un combat continuel pour l’existence.
      Mes 2 questions :
      > As-tu envie de vivre cela toute ta vie ?
      > Si non, quel autre comportement pourrais-tu tester qui soit moins énergivore ?

      Vis une merveilleuse journée.
      Maxime
      PS: Merci pour ton appréciation de mon passage chez Lorenzo.
      Pour moi, c’est un véritable cadeau, je ne m’y attendais pas du tout!
      Lorenzo m’a demandé de lui faire un témoignage comme « étude de cas » et c’est ensuite que j’ai découvert qu’il allait utiliser cette étude dans le cadre de ses vidéos de formation.

  5. Sco!@couple routine

    Bonjour Maxime,

    Oui,, ça m’arrive de vouloir abandonner. Il y a même des trucs que j’abandonne avant même des les avoir commencés. Il y a des trucs où je progresse, puis je stagne, puis j’ai l’impression de reculer, mais je persiste quand même.

    Étrangement, je n’abandonne pas facilement certaines choses que je devrais abandonner, car elles peuvent me nuire. C’est comme avoir de la résilience pour les mauvaises choses.

    Amicalement,

    Sco! ;)
    Lisez mon dernier article -> Tomber en amour et le resterMy Profile

    1. Maxime

      Bonjour Sco !
      Ne pas abandonner certaines choses que tu devrais abandonner, car elles peuvent te nuire ?
      J’ai constaté que c’était assez courant comme comportement.
      Pourquoi ?
      La fonction du mental est de nous protéger.
      Et sur quoi se base-t-il pour cela?
      Sur ce qu’il connait, que ce soit bon ou mauvais pour nous.
      Son rôle : nous faire rester dans notre zone de confort (même si elle n’est pas si confortable que cela) en nous faisant répéter encore et encore ce qu’il connait.
      C’est ce que tu exprimes en écrivant : C’est comme avoir de la résilience pour les mauvaises choses.
      Personnellement, quand j’ai découvert cette clé, je l’ai utilisé à mon avantage.
      Je suis passé en mode « action », j’ai testé de nouveaux comportements en sortant de ma zone de confort, en me confrontant à l’inconnu.
      Et en répétant ces nouveaux comportements EN CONSCIENCE (bénéfiques pour moi) sur la durée, j’ai créé une nouvelle habitude de comportement.
      Quand j’agis comme cela, au début, je sens bien sûr la peur dans mon ventre (c’est nouveau pour moi, c’est une réaction normale de ma physiologie) mais au fil du temps, celle-ci finit par s’estomper et disparaître quand le nouveau comportement est passé en mode inconscient.

      J’aimerai bien que tu testes pour toi un nouveau comportement et que tu partages ensuite cette expérience avec les lecteurs du blog !
      A toi de jouer !

      Vis une merveilleuse journée.
      Maxime

  6. élodie

    juste un petit message pour te rappeler que ce que tu écris n’est pas forcement ce que tu vit toi même! je suis déçue que tu utilises une chose aussi intime que la fausse couche de ta belle fille pour nourrir ton blog. La moindre des choses serait de nous en parler avant de le poster!
    que tu parles de ton ressenti c’est normal et ça fait parti de tes besoins personnels mais je ne vois pas où les nôtres sont respectés…
    c’est dommage de passer à côté des moments familiaux pour satisfaire ton seul désir… bon courage pour tes objectifs futurs

    1. Maxime

      Bonjour Didi,
      Bienvenue et merci pour ce 1er commentaire.
      Je te remercie doublement car ton commentaire exprime un cas très courant dans la vie de nombreuses personnes.
      Quelle est cette situation ?
      Tu exprimes quelque chose d’intime ou de souffrant pour toi à une personne et tu t’aperçois ensuite que ce que tu as exprimé a été mis au grand jour sans ton accord.
      Tu te sens non respectée parce que dans ton mode de pensée, quelque chose d’intime et de souffrant pour toi doit rester dans l’intime et ne pas être mis au grand jour.
      C’est cette interprétation que j’en fait quand je lis  » La moindre des choses serait de nous en parler avant de le poster! » et  » je ne vois pas où les nôtres sont respectés… »

      Et la seule interprétation logique pour toi est que « Maxime passe à côté de moments familiaux pour satisfaire son seul désir »!

      Je comprends complètement que tu puisses penser cela à la lecture de l’article et ne pas te sentir respectée dans ton intimité.
      J’aurais très bien pu ne rien dire, c’est vrai, et garder tout cela pour moi parce que justement, c’est du domaine de l’intime et que « cela ne se fait pas de parler de l’intime de soi aux autres sans leur accord ».
      C’est une croyance très ancrée dans notre éducation parce qu’il y a un énorme bénéfice caché derrière cette croyance.
      Et cela m’amène à cette question :
      Quel serait pour toi ce bénéfice caché, Didi ?
      J’aurais aussi très bien pu ne pas dire à Jérémy que j’avais parlé de vous et de cette fausse couche dans cet article.
      Et tu l’aurais peut-être appris par d’autres personnes de ton entourage que par moi-même.
      Quelle aurait été ta réaction dans ce cas ?
      Toi seule le sait ou est en mesure de l’imaginer.
      Serais-tu OK de partager cette réaction en répondant à ce commentaire ?

      Je voudrais saluer ton courage Didi.
      En écrivant ce commentaire, tu te mets dans la lumière vis à vis des lectrices et des lecteurs de ce blog.
      J’y vois pour toi une opportunité à partager ce que tu traverses, ta souffrance, ton ressenti avec un grand nombre de personnes qui sont dans l’énergie du cœur et de la bienveillance.
      J’écris toujours mes commentaires en « live ».
      Je sais quelle va être ma 1ère phrase et la seconde arrive ensuite.
      Je me laisse guider par le flux de la Vie.
      Et voici ce que la Vie vient de me souffler à l’oreille :
      « Et si Didi écrivait un article sur ce qu’elle est en train de vivre ? »
      Le mois dernier, 2000 personnes sont venus visiter ce site.
      Mon passage dans les vidéos de formation de Lorenzo vont booster mon trafic.
      J’y vois une formidable opportunité d’aide pour un grand nombre de personnes.
      J’imagine que beaucoup de futurs père et mère ont du vivre une expérience comme la votre, à toi et à Jérémy.
      Et peut-être,l’ont-elles vécu dans l’isolement.
      Cet article que tu écrirais permettrait de briser (au moins à l’échelle de mes lecteurs) le tabou du silence sur la fausse couche et sur la manière dont une future maman ou un futur papa le vit dans ses tripes.
      Personnellement, malgré mes nombreuses lectures, je n’ai rien lu de vraiment profond, d’authentique sur ce sujet.
      Je sais que tu en es capable, que tu as en toi ces ressources pour écrire cet article dans cet état d’esprit et d’être, Didi.
      Cela aiderait aussi beaucoup de personnes qui se sentent seule dans ce qu’elle vivent, même si elles sont entourées de personnes aimantes autour d’elle.
      Si tu ne te sens pas prête ou que c’est encore trop difficile pour toi, je le comprendrai parfaitement.
      Sache cependant que la porte est ouverte, quelque soit le temps que cela prendra.

      Vis une merveilleuse journée Didi.
      Je t’embrasse du fond du coeur.
      Maxime

  7. paul

    Salut Max,

    Heureux que tu t’inspire du texte et image que je t’ai envoyé. Bizarrement j’abandonne rarement, je me réoriente différemment car dans la vie les possibilités sont infinies.

    Quand j’ai un objectif je suis comme un prédateur je traque ma proie jusqu’au bout ! Tu me connais !

    Pour cela je me défini souvent des objectifs court terme moyen et long terme. Ça permet de garder le cap. Même s’ils ne sont pas atteint je veux toujours m’en rapprocher le plus possible.

    Paul de nosamisleschiens.fr
    Lisez mon dernier article -> Comment enlever et réduire le tartre chez le chien ?My Profile

    1. Maxime

      Hello Paul,
      Et oui, tu commences à me connaître ;-)
      Quand je vois que ce que je reçois peut aider un grand nombre de personnes, je le partage :-)
      J’aime beaucoup ta philosophie et elle est très inspirante et motivante pour moi.
      Merci Paul, d’être mon ami !

      Vis une merveilleuse journée.
      Maxime

  8. élodie

    Ce qui vient de nous arriver n’est en aucun cas tabou et je suis entourée par beaucoup d’amour de mes proches, amis, famille et surtout Jérémy!
    Je n’ai pas besoin de partager ça à grande échelle et on t’a informé seulement pour que tu le saches… je sais maintenant à quoi m’en tenir avec toi, je ne vois pas en quoi cela a pu faire parti de ta vie vu le peu d’implication que tu as dans la notre.
    Quand je dis que tu passes à côté de beaucoup de choses ce n’est pas pour te nuire mais pour t’ouvrir les yeux. Au niveau familial tu te coupes de beaucoup d’instants précieux.
    Si tu sais être enthousiaste sur ton blog, tu l’es peu pour tes proches. Quand on t’a annoncé ma grossesse, tu n’as pas beaucoup montré d’enthousiaste a être grand-père.

    Depuis tant d’années papa tu as du mal a nous écouté respecté dans nos choix et nos souhaits.
    Lors de la publication de « ta vie de Maxime » on t’a demandé moi et nolwen de ne pas exposer notre vie sur le net dans tes publications futures.
    Et ce cela l’amour, le partage comme tu le conseilles?
    Quand je te dis les choses ou souhaite les partager je dis cela à mon PERE et non à un conseiller; et c’est là ou tu n’arrive pas à faire la différence?
    Quand nous, tes enfants, te parlons; écoutes nous! partages cet amour avec nous! et non avec le reste du monde! car j’ai vraiment le sentiment que tu es le « coordonnier le plus mal chaussé » ce n’es qu’un sentiment mais c’est ce que tu nous prouves tous les jours.

    C’est le dernier article et n’appelles pas didi tu n’arrangeras pas les choses.

    1. Maxime

      Bonjour Élodie,
      J’accueille ce que tu ressens et la manière dont tu le vis.
      Je respecte en même temps ta manière dont tu peux voir les choses et le regard que tu portes sur moi.
      J’accueille aussi les reproches que tu me portes.
      Et je comprends tout à fait que de ton point de vue, je sois « le cordonnier le plus mal chaussé ».
      Il ne peut pas en être autrement compte-tenu ce que tu vis.
      En même temps, en te lisant, je suis dans la confusion car tu m’appelles papa dans ta réponse alors que je ne suis que ton beau-père.
      Ces mots sont-ils destinés à moi, Maxime, ton beau-père, ou à ton propre père ?
      A moins que dans ton esprit, tu ne fasses pas la différence ?
      En tout cas, pour moi, elle est de taille.
      En aucun cas, je ne veux jouer le rôle d’un père pour toi.
      Je suis le père de mon fils Jérémy, qui est en même temps ton mari et rien d’autre.
      Penses-tu pouvoir le respecter et remettre à leur place les rôles de chacun ?
      J’entends aussi tout ton besoin d’écoute et malgré tous les efforts que j’ai pu faire pour t’écouter et aller dans ton monde, je constate de nouveau que pour toi, je ne suis pas dans cet espace d’écoute.
      J’en suis vraiment désolé et en même temps, j’ai appris à l’accepter.
      Vis une merveilleuse journée.
      Maxime

  9. jérémy

    c’est plus clair là! t’as besoin de voir mon prénom dans l’entête pour comprendre que c’est ton fils qui t’ écrit.
    sympa de faire passer ma femme pour une conne ou un dédoublement de personnalité!
    Je te comprends pas je suis peut être trop con moi aussi!
    au moins j’ai bien trouvé ma femme on a quelque chose en commun!
    vive la crédibilité papa!
    vie une merveilleuse soirée!
    jérémy

    1. Maxime

      Réponse faite à l’ensemble des lecteurs
      Quand j’ai lu le mail de mon fils Jérémy, je me senti atterré.
      Je me suis dit; « Quoi, c’est lui qui a écrit le mail en utilisant l’adresse mail de son épouse et son prénom ? », j’ai commencé à écrire une réponse en reprenant des passages du début du commentaire et soudain, après avoir relu plusieurs fois le précédent commentaire, j’ai réalisé d’où venait la confusion dans mon esprit.
      La première partie du commentaire a été écrite par Élodie, ma belle fille et la seconde partie du commentaire a été écrite par mon fils Jérémy.
      Et comme il n’y avait pas d’indication claire de changement de rédacteur, j’ai considéré que l’ensemble du commentaire a été écrit par la même personne. D’où ma réponse qui n’a fait qu’alimenter la confusion.

      J’imagine que pour Jérémy, dans sa tête, c’était très clair, j’aurai dû faire la distinction naturellement.
      D’où sa réaction et l’écriture de ce dernier commentaire.
      Comme je ne peux pas revenir sur ce qui s’est passé, comme je ne suis pas devin non plus, je choisis le rôle d’observateur afin de ne plus alimenter le jeu de pouvoir qui est en train de se dérouler sous vos yeux.
      Ce que j’observe, c’est que la vie m’offre sur un plateau une magnifique pièce de théâtre avec 3 rôles principaux.
      Le terrain de jeu de cette pièce de théâtre se situe majoritairement dans les couples et les familles.
      Et je suis comme la plupart d’entre vous, malgré mon expertise dans ce domaine, je n’y échappe pas ;-)
      Alors, quels sont ces 3 rôles ?
      Les reconnaissez-vous ?
      1 : Maxime (moi-même) : aux yeux d’Élodie, puis de Jérémy, je suis le méchant, le bourreau, le persécuteur
      2: Élodie : c’est la victime, l’offensée, celle qui n’a pas été respectée, qui souffre à cause du persécuteur.
      3 : Jérémy : c’est le sauveur, celui qui vient sauver la victime en accusant à son tour le persécuteur.
      Comment cette pièce de théâtre de la Vie va t-elle se terminer ?
      Personnellement, je n’en ai aucune idée !
      Je n’ai aucun pouvoir ni aucune responsabilité dans les choix de réaction de mon fils et de ma belle fille, dans ce qu’ils sont en train de vivre.
      Le seul pouvoir que j’ai, ma seule responsabilité, elle est chez moi, dans mon choix d’action vis à vis de cette situation, de ce que je reçois comme information et la manière dont je vais la traiter, si possible en étant libéré de toute charge émotionnelle.
      Voici donc mon choix : je me retire de la pièce en prenant ce rôle d’observateur et je laisse Jérémy et Élodie jouer ensemble la pièce qu’ils auront envie de jouer dans leur couple.
      Ce qui se passe dans leur couple leur appartient en propre.
      Et je n’ai pas à m’en mêler.
      Juste leur envoyer de l’amour et leur souhaiter le meilleur.

      Vivez une merveilleuse journée.
      Maxime
      PS: si vous souhaitez avoir plus d’info sur les 3 rôles persécuteur, victime et sauveur, je vous invite à regarder le film « Oui, mais » que je cite dans mon article comment résoudre un problème

  10. Hannah

    Bonjour Maxime.
    Un petit commentaire de l`aeroport de Hong Kong…il n`y a pas de e accent aigu!
    J`ai souvent abandonne quand ma peur de ne pas y arriver etair plus forte que mon desir.
    Quand quelque chose me tient vraiment a coeur, je ne lache pas, mais je ne suis pas passive non plus, en attendant, je nettoie la memoire qui fqit que ca ne fonctionne pas.
    C`est ce que j`ai fait pour mon desir de voir editer mon livre sur papier!
    Lisez mon dernier article -> Pourquoi je reçois des mails de gens qui se plaignent que Ho’oponopono ne fonctionne pas ?My Profile

    1. Maxime

      Coucou Hannah !
      La peur de ne pas y arriver plus forte que ton désir ?
      Ce qui me vient, c’est mettre l’énergie de la peur au service de Ton désir.
      Quelque chose comme transcender, peut-être ?
      A moins que tu obtiennes le même résultat par le nettoyage des mémoires ?

      Vis une merveilleuse soirée.
      Maxime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge