«

»

Juin 05

Quelle est votre plus grande peur ?

Il y a quelques jours, j’ai découvert le blog de Pascal Colombani : I will be the best ! et son dernier article : Voici comment dépasser la peur de réussir.

J’ai commencé à laisser des commentaires, Pascal m’a répondu et j’ai découvert en lui un homme d’une grande humanité.

Grâce à Xavier qui a également laissé un commentaire, j’ai découvert cette vidéo  (cliquez sur l’image pour la regarder) :


Au fur et à mesure que je la regardais, j’ai senti l’émotion me nouer aux tripes, comme si je recontactais quelque chose en moi de très profond.
A la fin de la vidéo, j’ai pu donner du sens à ce que j’étais en train de vivre.
Et j’ai compris d’où venait ma difficulté à écrire mes articles sur ce Blog.

Je crois que ce que j’ai découvert, je le partage avec beaucoup d’entre vous.

Je suis curieux de savoir si ce qui a résonné si fortement en moi, cela va aussi résonner pour vous.

Alors, regardez, SVP, cette courte vidéo, connectez-vous à votre ressenti et laissez un commentaire ci-dessous pour nous partager vos impressions !

Pensez à vous inscrire !

Comment atteindre vos objectifs.... Même si vous avez des problèmes !Au fait, pensez à vous inscrire dans le formulaire ci-dessous.
Vous recevrez en cadeau l’Ebook gratuit « Comment Atteindre vos Objectifs… Même si Vous Avez des Problèmes« .
La lecture de cet Ebook va vous apporter énormément de valeur notamment sur les points suivants :

  • Comment voir une opportunité dans chaque problème
  • La découverte du 3ème mot dans l’expression « Voir + Croire + …. = Pouvoir »
  • L’identification des croyances qui vous enferment
  • 4 exemples d’histoire : Victime ou Responsable
  • Le modèle utilisé par ceux qui transforment leurs problèmes en opportunités.

 

Share

(26 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Philippe

    Merci Maxime pour cette excellente vidéo, c’est un de mes sujets favoris, mon éditeur a retoqué un passage de mon livre ou je développais une autre raison de notre classement si faible en entrepreneuriat. L’enseignement est dispensé par des personnes qui passent leur vie à l’école, de la maternelle le primaire le collège le lycée la fac, puis un poste d’enseignement. Ils ne peuvent que perpétuer ce qu’ils ont eux mêmes vécus. Mon petit neveu de 6 ans à eu des points en moins car il avait démarré son exercice avant que la maitresse donne le feu vert. Quand tu es entrepreneur, tu ne peux pas attendre pas le signal!
    Enfin, esprit d’entreprise et tatut de fonctionnaire me semblent très incompatible

    1. Maxime

      Merci Philippe pour ton commentaire.
      C’est une des raisons d’être de mon Blog.
      Par l’énergie que j’y mets, grâce à d’autres personnes comme toi ou Sylvie, par la force de la répétition, par le fait d’attirer à moi d’autres personnes telle que Claire Blondel (manifestation de l’intention externe:-)?), j’ai l’intime conviction que nous allons contribuer à élever les consciences vers plus d’autonomie, de responsabilisation individuelle et d’esprit d’entreprise.
      C’est vrai! quand tu es entrepreneur, tu ne peux pas attendre le signal.
      En tout cas, nous sommes sur la bonne voie.
      Je t’invite à lire « les prochains Millionaires » (http://www.amazon.fr/gp/product/2922882098/ref=as_li_ss_tl?ie=UTF8&tag=qualiterelati-21) dont la lecture me donne confiance dans l’avenir.

  2. Paul

    L’homme apprend à marcher en tombant, encore et encore, jusqu’au moment ou enfin il marche.

    L’echec fait parti de l’apprentissage. Voici une vidéo qui devrait vous plaire, elle nous parle de la psychologie et le rapport à l’argent.

    http://www.ted.com/talks/view/lang/fr//id/1367

    Paul
    Lisez mon dernier article -> PARRAINAGE BOURSORAMA 160€ OFFRE BIENVENUE PARRAIN BOURSORAMA – 60€/100€My Profile

    1. Maxime

      Super la vidéo!
      Merci Paul.
      Je vais en faire un article rapide pour avoir un feed-back et l’avis des lecteurs.

  3. Françoise Caroline

    géniale cette vidéo….je vais la diffuser autour de moi, elle a l’avantage d’être claire et simple… tout en mettant le doigt sur l’urgence de réagir. , . Au sujet du signal je suis complètement d’accord, personnellement j’ai du pouvoir sur ma vie à chaque fois que je fais « sans » autorisation, et c’est tellemenent bon en plus de voir que j’avance enfin!

    1. Maxime

      Merci Françoise Caroline de diffuser cette vidéo.
      Je vois d’autant plus de mérite dans ton action que tu l’effectues sans autorisation, sinon la tienne.
      Ne serait-ce pas cela, une des clés:
      Se donner l’autorisation de…?

  4. Xavier

    Merci Maxime pour la citation!

    Je crois sincèrement, tout comme le souligne Claire Blondel, qu’on se trompe aussi bien en tant qu’enseignant qu’en tant que parents. J’en parle d’ailleurs dans mon dernier article, j’observe ces cas tout les jours, et souvent les parents me confient « je ne comprends pas ce qui ne tourne pas rond chez mon enfant! ».
    Très diplomatiquement, je leur fait comprendre que c’est peut-être eux!
    Gregory Bateson avait souligné une théorie intéressante qui expliquerait peut-être la schyzophrénie, il a appelé cela le double bind: un discours qui entrait en discordance avec le corps (comme une maman qui dirait à son enfant, les bras croisés « viens dans mes bras! », l’enfant aurait du mal associer le discours au non-verbal)

    C’est toute la communication qui est à revoir, il faut réfléchir à ce que nous léguons à nos enfants aussi bien en valeurs qu’en patrimoine gestuel!
    Lisez mon dernier article -> Retrouver la confiance en soiMy Profile

    1. Maxime

      Le double bind: je manque de temps pour répondre comme je le souhaiterais ;-)
      Oui, je connais, Jean-Jacques Crévecoeur l’a développé de manière approfondie dans son livre sur les jeux de pouvoir.
      La dissonance entre l’explicite (ce que je dis, ce qui peut-être noté par un greffier) et ce que j’exprime au niveau vibratoire, à travers mon ton, ma posture corporelle (le non verbal) qui correspond à l’implicite.
      Le 3ème niveau correspond au projet et à l’attente implicite:
      Ce que je demande à l’autre de faire sans en prendre la responsabilité de la demande.

      Très souvent, les parents ont ce double langage avec leurs enfants:
      « Tu dois faire ceci, tu dois faire cela » et ils ont eux-même un comportement qui est à l’opposé de leurs injonctions.
      D’où énormément de confusion chez l’enfant.
      Et quand on sait que les enfants ne retiennent que les actes, pas les paroles, cela montre quel chemin il reste à parcourir par les parents :-)

  5. Jean-Lou

    Bonjour Maxime,

    Cette vidéo de Claire Blondel est éloquente à plus d’un titre sur l’importance de ne pas reproduire nos erreurs sur nos enfants!

    Elle a tout à fait raison sur le fait qu’en France « la peur de l’échec » fait bien plus de tort que de bien pour la dynamique ou devrai-je dire…, l’absence de dynamique entrepreneuriale.

    Dès maintenant, nous et nos enfants, devons construire la société de demain grâce aux erreurs du passé et avancer vers l’avenir, sans aucune crainte du bâton « bête et méchant »

    – Transmettre de la Motivation vaut mieux que punition.
    – Encourager l’initiative productive vaut mieux que l’invective absurde et expéditive!

    Avançons donc positivement et nous serons plus heureux!

    Beaucoup de succès à toi Maxime!

    Jean-Lou
    Lisez mon dernier article -> Quand la vie et l’avenir se jouent sur des paris improbables!My Profile

    1. Maxime

      Bonjour Jean-Lou,
      Bienvenue sur le Blog Qualité Relationnelle.
      Désolé pour cette réponse tardive!
      J’étais en formation coach Transurfing toute la semaine dernière et je voulais prendre le temps de voir ton blog avant de te répondre.
      Voilà qui est fait.
      Avons-nous un destin tout tracé?
      J’aimerai bien connaître ta propre réponse.
      Ce que j’apprends personnellement, avec stupéfaction, c’est que je suis en mesure de créer ma propre réalité, puisque qu’en physique quantique, c’est l’observateur qui va créer le résultat de son observation.
      Je suis en train de parcourir ce chemin.
      De cet enfant devenu adulte qui croyait à un destin tout tracé, normé, et qui respectait de manière aveugle les règles de l’éducation traditionnelle, je suis en train de changer mes propres filtres, mes croyances sur la vie afin de me reconnecter à mes rêves et poser des actes concrets pour leur donner vie.
      Vaste projet plus que passionnant :-)

  6. Sco!@couple routine

    Bonjour Maxime,

    La peur de l’échec est très répandue. La peur du succès aussi. Mais ici, ce n’est pas le propos.

    C’est toujours étonnant de constater tout ce qu’on transporte dans nos bagages qui nous vient de nos parents, de nos éducateurs, etc.

    J’ai aussi l’impression que l’éducation en France est plus rigide que celle au Québec. Je n’ai pas d’enfants pour pouvoir en témoigner.

    @bientôt,

    Sco!
    Lisez mon dernier article -> Quand vie de couple de longue durée rime-t-elle avec monotonie?My Profile

  7. helene

    cette vidéo m’a paru d’une évidence ! …et très stéréotypée.
    suis-je une exception, dans l’éducation donnée à mes enfants?
    je leur ai toujours dit que même nous parents nous pouvons nous tromper, que les erreurs ne sont pas graves, je les ai toujours encouragés dans leurs réussites , et jamais rabaissés dans leurs erreurs.
    J’ai toujours pensé que la meilleure éducation était celle du modèle que nous leur montrions; les bonnes paroles et bons conseils ne servent à rien si nous-mêmes nous ne les appliquons pas!

    1. Maxime

      Merci Hélène de ton commentaire.

      A l’évidence, nous n’avons pas eu la même éducation :-)
      De mon côté, malgré mes « bonnes » résolutions, j’ai reproduis avec mes enfants l’éducation que j’ai moi-même reçue, que ce soit de de mes parents ou du système scolaire.

      Je vois les dégats que cela fait aujourd’hui dans leur manière de voir la vie, d’appréhender leur vie future, en restant dépendant du sytème.

      Pour ma part, j’ai ancré en moi l’injonction « sois parfait » qui m’a rendu accroc au détail et me pousse à la procrastination.

      Gamin, j’étais terrorisé à l’idée de me tromper.
      J’ai à coeur aujourd’hui, par mon exemple (et en cela, je te rejoins sur ce point) de montrer à mes enfants et à mon entourage qu’il peut exister un autre mode relationnel vis à vis de soi ou des autres.
      Un mode relationnel qui encourage la responsabilité et qui permet de sortir de la victimisation, qui encourage le chemin vers l’autonomie et la liberté.

      1. Xavier

        Je suis en effet d’accord avec toi Maxime.
        Si j’avais suivi l’éducation qu’il m’a été donné la lettre, je n’en serais pas où j’en suis, et je sais quelles erreurs je ne reproduirais pas avec mes enfants
        Mais justement, en connaissant certaines de ces erreurs, ne vais je pas en commettre moi même de nouvelles?
        L’aventure d’être parent n’est pas forcément quelque chose de facile à appréhender.

        Mais en finalité, on est tous d’accord qu’il est important de donner confiance en eux à nos enfants. Surtout en ces temps difficiles où le doute est omniprésent.
        Lisez mon dernier article -> Le harcèlement de rue, le fléau de la séductionMy Profile

        1. Maxime

          Oui, je suis d’accord, Xavier.
          L’aventure d’être parent n’est pas quelque chose de facile à appréhender.
          Et je vais continuer à faire des erreurs, encore et encore, malgré toutes les prises de conscience et ma bonne volonté.
          Je m’oblige même à en faire, histoire de lâcher l’importance.
          Je viens de parcourir rapidement ton article sur la drague et la séduction.
          J’approuve tout ce que tu dis sur la séduction.
          Cela me fait faire un lien avec le mode d’éducation que ces femmes et ces hommes ont reçu.
          Si les femmes avaient apprise dès leur plus jeune âge à se respecter et à se faire respecter, les hommes resteraient à distance et n’oseraient pas les aborder.
          Idem pour les hommes.
          Et nous vivrons dans un monde de séduction, autant pour les hommes que pour les femmes.
          Pour conclure, je pose cette question:
          Qu’est ce qui est important au fond? Dénoncer ce qui est, ou accepter ce qui est (je n’ai pas le pouvoir de le changer) et CHOISIR la manière dont je vais réagir à de nouvelles situations?

          1. Xavier

            Je crois que tu donnes les éléments de réponses :)
            Il y aura toujours des désaccord entres les hommes et des conflits. Ce qui fait que souvent, ces conflits débordent et débouchent à l’incompréhension, c’est la manière de communiquer.

            Il suffit de voir la séduction, qui pour certains se limite à de l’agression, et pour d’autres à des techniques de manipulation. La vrai séduction est un peu oublié, alors que c’est la manière de communiquer la plus saine possible, sans masque, de façon authentique.

            Je te dirais que ce n’est pas le message qui est important, mais la façon de transmettre ce message. C’est le but de mon métier, faire comprendre aux personnes qu’il n’y a pas besoin de se masquer, de se cacher derrière des techniques. La force des grands séducteurs, c’est leur grande écologie dans la communication, ils sont vrais et authentique.
            Je crois qu’il est de bon ton, pour un homme (et je parle d’humanité), de montrer sa force de conviction, ses valeurs, ses limites. Tout en acceptant que l’autre ne soit pas comme lui, ni de son avis: mais qu’ils peuvent en débattre!
            Lisez mon dernier article -> Le harcèlement de rue, le fléau de la séductionMy Profile

  8. helene

    Maxime, je reconnais que j’ai eu une éducation assez …floue…(ayant perdu ma mère lorsque j’avais 10 ans )et que je me suis pour ainsi dire « élevée' »moi-même…..avec en moi , des rejets d’interdits, souvent inexprimés , ou inexprimables… et qui se sont épanouis positivement au fil du temps.
    A mon grand bonheur, j’en ai fait profiter mes enfants, qui me le rendent bien.
    je répète ce qui me tient à coeur : cela ne sert à rien de dire à nos enfants; fais ceci si nous ne le faisons pas , ou ne fais pas ceci , si nous le faisons…le meilleurs éducation est celle de l’exemple.

    1. Maxime

      Je suis à 1000% ok avec toi Hélène.
      Les enfants nous suivent dans ce que nous faisons, pas dans ce que nous disons.
      En avoir pris conscience m’a aidé à me responsabiliser dans mes actes, encore et encore.

      1. Dominique

        Bonjour Hélène et Maxime,

        Je pense que c’est plus compliqué que ça…
        Certes les enfants suivent plus les personnes qui font que les personnes qui parlent. C’est évident même pour les adultes.
        Cependant il y a une autre caractéristique que j’ai remarqué. Les enfants font les choses en fonction aussi de ce que ça va leur apporter inconsciemment et selon leur personnalité et leur caractère. Ainsi, un enfant pourra garder une habitude longtemps (et même à l’age adulte) parce que celui-ci aura vu un intérêt quelconque et souvent inconscient à la chose. Et pourtant à notre regard d’adulte, cela n’aura aucune logique.
        Il y a le cas connu des enfants battus qui préfèrent rester avec leur parent plutôt que de partir. Tout simplement parce qu’il y a un lien personnel entre eux et aussi parce que l’enfant n’aura connu que ça et ça représentera une chose normale pour lui.
        Mais il y a des cas plus illogiques et moins connus (en tout cas on ne le voit pas comme ça) :
        Ces enfants qui préfèrent continuer à faire une bêtise alors que ça fait cent fois que les parents lui ont dit d’arrêter. Or s’ils continuent, ce n’est pas pour embêter leur parent, ce n’est pas forcément par plaisir, et malheureusement je n’ai pas de réponses toutes prêtes à ça. En effet, ça dépend de l’enfant lui-même. C’est pour ça qu’il est très important de rester à l’écoute de l’enfant. parler, écouter ses silences, observer ces gestes, ses jeux, son travail….

        1. Maxime

          Bonjour Dominique,
          Oui, tu as raison.
          Heureusement que tout n’est pas tout blanc ou tout noir.
          Dans ce que tu exprimes, je vois dans le comportement d’un enfant un besoin profond à satisfaire (c’est ce que tu nommes l’intérêt pour l’enfant).
          En continuant à faire une bêtise, l’enfant n’a trouvé que cette solution pour nourrir, par exemple, son besoin de reconnaissance vis à vis de ses parents.
          Plutôt se faire gronder qu’être ignoré !
          Plus tard, en tant qu’adulte, par cette prise de conscience de ses besoins, la personne pourra tester d’autres comportements pour nourrir son besoin de reconnaissance.
          Par exemple, en se créant un réseau d’amis fidèles et écoutants !
          Pour revenir à l’écoute de l’enfant par le parent, c’est un des points que j’ai à cœur de développer avec ce blog.
          Se mettre à l’écoute de l’enfant, l’élever en lui donnant de bons repères pour qu’il puisse être autonome dans sa vie, cela demande un apprentissage qui s’effectue dans la durée et la persévérance.
          Vie une merveilleuse journée.
          Maxime

  9. helene

    Maxime tu dis « Gamin, j’étais terrorisé à l’idée de me tromper. »
    pour moi , enfant , me tromper par rapport à ce que l’on attendait de moi , était une prise de position , une affirmation de ma personnalité, de ma construction.Je n’en étais donc pas terrorisée, mais plutôt fière de pouvoir dire « non ».

  10. helene

    « Si les femmes avaient apprise dès leur plus jeune âge à se respecter et à se faire respecter, les hommes resteraient à distance et n’oseraient pas les aborder. »

    Maxime, en lisant cela , je pense à l’inceste que j’ai subi quand j’avais 7 ans et 12 ans…. comment à cette époque dire « non » ???
    l’enfant ainsi meurtri se sent coupable et cherche même une excuse à son bourreau …
    heureusement , les mentalités ont changées; des enfants savent maintenant parler ….

    1. Xavier

      Malheureusement Hélène, les enfants savent parler, mais les adultes n’écoutent plus.
      Votre histoire, c’est l’histoire actuelle d’un membre de ma famille… Et malgré les expertises psychologique et gynécologique, elle n’est pas cru.
      Pire, cela s’est retournée contre sa mère, que l’on traite de manipulatrice.

      La confiance de la petite dans les adultes est brisée, je cite:
      « Personne ne veut me croire »

      Depuis l’affaire Outreau, les juges n’osent plus faire ce qu’il faut et ne font plus confiance dans les enfants. Il ne faut pas s’étonner si nos enfants ne nous font plus confiance…
      Lisez mon dernier article -> Le harcèlement de rue, le fléau de la séductionMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge