Warning: Use of undefined constant set_html_content_type - assumed 'set_html_content_type' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/27/d397596668/htdocs/QualiteRelationnelle/wp-content/plugins/RunClickPlugin/google_hangout_plugin_connector.php on line 4660
Le pouvoir du NON pour attirer plus de clients

«

»

Mai 23

Le Pouvoir du NON pour Attirer Plus de Clients

NOIl y a 10 jours,  au sein du groupe Mastermind de Biba Pedron, nous avons évoqué cette question que se pose tout entrepreneur qui débute son activité :
A quel prix dois-je facturer mes services et sous quelle forme ?

Biba nous a partagé son expérience sur le sujet en nous parlant du pouvoir du NON pour attirer plus de clients.

Cela peut vous sembler paradoxal !
En effet, dire NON à un client va vous en faire attirer plus ?
Comment cela peut-il être possible?

Sachez que dans le cadre de mon activité de coaching, je suis en train de mettre en place une offre de coaching via Skype en parallèle de mes coaching habituels à domicile.
J’aurai bientôt le plaisir de vous en reparler.

J’étais donc très intéressé par ce paradoxe, d’autant que je suis tout à fait conscient que le prix que je propose pour mes services est directement lié à la valeur que j’accorde à mes compétences et à moi en tant que personne.

J’ai donc posé la question à Biba qui m’a répondu qu’elle avait écrit un article en anglais sur ce sujet.
Vous pouvez consulter cet article en cliquant sur ce lien : The Power of NO to Attract More Clients

Je lui ai alors demandé son accord pour le traduire afin de le poster sur mon blog en tant qu’article invité.
Biba m’a fait le plaisir d’accepter.

Comme vous en avez l’habitude maintenant, pour clôturer cet article en beauté, je rajouterai un commentaire personnel en lien avec mon actualité du moment : une critique que j’ai reçue !

Soyez donc très attentif en lisant ce qui suit, vous risquez de voir toutes vos idées sur la manière de vendre vos compétences (au propre comme au figuré) voler en éclat !

Je laisse maintenant la parole (ou plutôt l’écrit ;-)) à Biba.

Régalez -vous !

Avez-vous déjà accepté un client que vous saviez n’être pas bon pour vous ou votre entreprise?

Vos raisons pour accepter auraient pu être quelque chose de la nécessité d’un cash flow positif, d’une faveur à la famille ou à des amis, l’ennui … Quelques jours ou semaines passent et là, vous regrettez amèrement de n’avoir pas écouter votre instinct qui vous disait de ne pas prendre ce client en particulier, qui vous fait aujourd’hui bouillir de dépit. Je vous pose cette question parce que j’ai fait la même erreur : accepter un client que je savais n’être pas bon pour moi ou mon entreprise.

L’erreur classique pour une nouvelle entreprise ou un nouveau propriétaire est de prendre tous les clients qui se présentent en raison de l’excitation liée au démarrage de l’activité et également pour répondre au besoin de trésorerie de toute entreprise qui démarre.Vous dites oui à tout le monde qui passe la porte de votre entreprise. C’est un grand moment pour vous mais vous savez pourtant que, dès qu’il a franchi la porte, ce client va être impossible. Vous ignorez votre sens de discernement pour aller de l’avant. C’est alors que les problèmes commencent. Cela peut être n’importe quoi : l’énergie négative, les retards de paiement, les rendez-vous pris au dernier moment, les annulations de dernière minute, un manque total de respect pour vous ou vos services ou tout simplement un flux constant de plaintes. Quoi qu’il en est, ce client prend beaucoup trop de votre temps et vous vous senté(e) trop engagé(e) pour en sortir.

Pourquoi ne pas simplement choisir les clients avec lesquels vous auriez plaisir à travailler ?

1. Déterminez votre cible, vous ne vous adresserez pas à tout le monde et vous attirerez seulement les personnes avec lesquelles vous voulez vraiment travailler. Les personnes que vous pouvez servir parce que vous savez ce dont elles ont besoin, vous connaissez leur peine, et vous savez comment résoudre leur problème.
Vous ne pouvez pas aider quelqu’un d’autre. Vous ne pouvez aider que les gens qui ont des problèmes que vous pouvez résoudre.

2. Le prix de vos services en fonction de votre valeur. Ne sous-estimez pas vos services en pensant attirer plus de clients. Cela ne fonctionne tout simplement pas de cette façon. Ne laissez pas les actualités dicter votre prix. Aujourd’hui, certains coachs se font  payer jusqu’à $ 100,000 / an et continuent à fonctionner à pleine charge. Les gens ont de l’argent à dépenser (oui, même dans cette économie de crise), vous avez juste besoin d’atteindre la bonne cible.

3. Faites-vous payer en avance, de sorte que vous n’aurez pas à faire face à la question de l’argent dans le futur. Si un client n’est pas prêt à vous payer d’avance ou essaye de négocier avant même de commencer à travailler avec vous, vous pouvez être sûr que ce même client se sentira toujours mal et ne sera pas engagé parce qu’il est à la recherche d’un prix de votre produit ou service et non pas pour la qualité ou la valeur de votre service.

4. Apprenez à dire non à un client si il ne correspond pas à vos besoins. Vous pouvez créer un questionnaire ou pré-qualifier vos clients potentiels avant de commencer à travailler avec eux pour vous assurer que vous faites le bon choix. Cela vous permet de conserver la même motivation, la passion pour accéder au succès et vous savez que vous aurez plaisir à travailler ensemble.

Il m’a fallu des années, avant que je ne comprenne ce concept, mais dès que j’ai finalement décidé d’augmenter mes tarifs, de refuser des personnes qui n’étaient pas qualifiées ou qui étaient plus à la recherche d’un prix qu’à la valeur de mon service, j’étais capable d’attirer beaucoup plus de clients qualifiés. Cela signifie moins de clients, mais les flux de trésorerie sont meilleurs parce que je dois travailler moins pour obtenir ces clients, je suis maintenant consciente que le service est en fait une valeur et les clients que j’ai obtenus sont très fidèles et me recommandent aux autres personnes intéressées par mes services. En fin de compte, j’ai plus de temps libre, j’ai un business qui travaille pour moi au lieu que ce soit moi qui travaille pour mon business.

5. Cessez de vous inquiéter, ou de vous plaindre de la situation. Devenez très confiant dans ce que vous faites. Vous êtes un expert dans votre domaine. Si vous n’êtes pas convaincu sur ce sujet, les gens ne seront pas convaincus non plus et ne seront pas prêts à vous payer pour votre valeur. Ne vous sous-estimez pas vous-même. Ne sous-estimez pas le prix de vos services.

Si vous êtes sûr de vous-même et que vous le montrez, vous allez attirer les bons clients qui comprendront la valeur de vos connaissances et de votre produit. Ils vont payer pour vos services. Agissez maintenant, augmentez vos prix, choisissez vos clients, et apprenez à dire non si ce n’est pas la bonne personne pour vous ou votre entreprise à 100%. Travailler avec les bons clients, c’est aussi trouver les bonnes recommandations, parce que vos clients seront tellement ravis de travailler avec vous qu’ils vont vous recommander à leurs amis, famille, collègues ou partenaires, et ils feront la promotion de l’entreprise pour vous. Apprenez à dire non, attachez votre ceinture et regardez votre entreprise croître !

Double message ou valeur de congruence ?

Pack "Je veux Vivre de mon Blog" des 6 experts de Booster Gala

Une valeur bien plus grande que son prix de vente

Voici maintenant mon témoignage sur cet article en fonction de mon actualité du moment :
Un  ami m’a dit il y a 2 jours en lisant les 2 articles des semaines précédentes : « Maxime, je ne comprend pas le sens de ta communication : ton blog parle de communication ou de marketing ?« .
il a rajouté « Je vois un double message dans ta communication« .

C’est vrai qu’à première vue, les 2 articles précédents qui font la promotion du Pack Expert de Booster Gala  peuvent être considérés comme un message qui ne colle pas avec la thématique de ce blog.
Et en même temps, une bonne démarche marketing, qui est d‘être à l’écoute de ses clients pour leur offrir un service qui réponde à leur besoin, qui leur apporte de la valeur, ne serait-ce pas faire preuve de qualité relationnelle ?

Le Pack Expert de Booster Gala répond à ces critères de valeur.

Je dirais même plus:
Le prix du pack est ridiculement bas par rapport à la valeur réelle des produits qui le composent.
Du fait de ce prix bas, il risque d’attirer des personnes qui correspondent à celles que décrit Biba dans son article, qui vont critiquer le produit parce que pour elle, c’est le prix qui compte et non la valeur du produit.
Comprenez-bien qu’à ce prix là, compte tenu de sa véritable valeur, ce pack est une véritable affaire et j’espère que ce seront les « bonnes » personnes qui se l’offriront pour booster leur activité grâce au blogging.

La question du jour

J’aimerai maintenant que vous vous exprimiez en répondant à cette question dans la zone commentaire ci-dessous :

  • Quand vous décidez d’acheter un produit ou un service, comment estimez-vous la valeur que vous percevez du produit ou du service ?

J’aurai grand plaisir à répondre à votre commentaire personnellement :-)

Pensez à vous inscrire !

Comment atteindre vos objectifs.... Même si vous avez des problèmes !Au fait, pensez à vous inscrire dans le formulaire ci-dessous.
Vous recevrez en cadeau l’Ebook gratuit « Comment Atteindre vos Objectifs… Même si Vous Avez des Problèmes« .
La lecture de cet Ebook va vous apporter énormément de valeur notamment sur les points suivants :

  • Comment voir une opportunité dans chaque problème
  • La découverte du 3ème mot dans l’expression « Voir + Croire + …. = Pouvoir »
  • L’identification des croyances qui vous enferment
  • 4 exemples d’histoire : Victime ou Responsable
  • Le modèle utilisé par ceux qui transforment leurs problèmes en opportunités.
Share

(37 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Maxime

    Bonjour à tous,
    Un grand merci pour vos commentaires.
    Indisponible ce WE pour commenter (en déplacement à Paris pour animer un séminaire Transurfing), je répondrai avec grand plaisir à vos commentaires à partir de lundi.

    Vivez un merveilleux WE.
    Maxime

  2. Paul

    Bonsoir Maxime,

    Je dis non à mes « clients » tous les jours ! Et au début dire non et bien c’est pas facile !

    @pluche
    Lisez mon dernier article -> Eduquer son chien, 5 races à l’honneur !My Profile

    1. Maxime

      Bonjour Paul,
      Connaissant la nature de ta clientèle, je confirme que c’est loin d’être évident de lui dire non !

      Vis une merveilleuse soirée.
      Maxime

  3. Agnès

    Bonjour Maxime,
    Pour faire suite à ton article sur ma capacité à dire « non » :
    Il y a 15 jours dans mon travail, ma responsable m’a demandé de faire un remplacement au pied levé.
    j’ai dit « non ». Il y avait longtemps que je n’avait pas dit non dans le secteur :travail alimentaire.
    Et tu sais quoi, je me suis sentie grandir intérieurement par ce positionnement, comme un vent de liberté vrai et d’évolution dans mon cheminement.
    J’ai respecté mes besoins.
    Dans le domaine qui me passionne : l’accompagnement des personnes: domaine du bien-être, des produits naturels..en passant par mon blog et la vente de mon e-book : je suis en phase d’apprentissage…mais fière déjà de cette première marche. J’apprends, j’observe. J’aime mes expériences actuelles !
    Bonne journée à tous.
    Agnès
    Lisez mon dernier article -> Les produits naturelsMy Profile

    1. Maxime

      Bonsoir Agnès,
      Merci de ton témoignage qui est très parlant.
      Il confirme que le fait de dire « Non » est acte de respect pour soi et non contre l’autre.
      De plus, ton ressenti est là pour prouver que ton action était juste.
      Tu peux te féliciter d’avoir agi ainsi et je t’encourage à continuer à avancer dans cette direction.
      En tout cas, tu es bien partie !
      Bravo Agnès :-)

      Vis une merveilleuse soirée.
      Maxime

  4. sylviane

    Bonjour Maxime

    De ton article je retiens deux choses pour la faire courte, la notion de paiement de nos honoraires.
    Je n’ai jamais connu de psis ou coachs qui se soient lancées dans leur profession sans appréhender le moment du paiement. Est-ce assez, trop ? Pas simple jusqu’au jour où l’un de mes formateurs m’a dit : »tu ne vends pas ton savoir tu vends ton temps »

    Bon là effectivement ça devenait différent et à chacun de sentir avec quelle somme d’argent il est en accord pour une consultation

    Et le 2e point savoir dire non, je peux te dire qu’au long de toutes mes années de pratique professionnelle l’affirmation est le problème le plus récurrent et le plus profond que j’ai rencontré (Espagne, Portugal, Suisse Belgique et la France) c’est toujours ce fichu NON qui fiche la vie en l’air des gens donc apprendre l’assertivité est, quant à moi, essentielle et cela va de pair avec l’auto-estime
    Lisez mon dernier article -> Bonheur : mode d’emploiMy Profile

    1. Maxime

      Bonjour Sylviane,
      Je comprends complètement ce que tu partages sur la notion de paiement de paiement des honoraires.
      Il y a un moyen simple de contourner cette difficulté et Biba nous l’a partagé dans le groupe mastermind, c’est de mettre l’accent sur la valeur du service et non sur le prix de la consultation.
      Ce n’est plus du savoir ni du temps que je vends, c’est un soutien que j’apporte à mon client pour l’aider à trouver sa solution et la mettre en œuvre.
      Je viens de faire un test dans ce sens et je vais voir sur la durée ce que ça donne.

      Vis une merveilleuse soirée.
      Maxime

  5. hannah@technique Tipi

    Bonjour Maxime,
    Dans les débuts la question du paiement est un vrai casse tête qui englobe mauvaise image de soi, culpabilité, honte, sentiment d’imposteur etc…
    Je suis très attentive lorsque je fais crédit à quelqu’un. Ce n’est pas toujours une erreur, certains clients ont besoin de passer par ce type de privilège pour installer une confiance, d’autres pas du tout. Ce que j’évite c’est de continuer sans vérifier que la situation de la personne s’améliore.
    Si ce n’est pas le cas, alors j’en déduis que je ne lui rends pas service en l’aidant mais je la conforte dans sa dépendance.
    Toujours un sujet délicat en thérapie, il y a vraiment des personnes qui mettent leur névrose à ne pas avoir d’argent, faut-il les sanctionner immédiatement pour cela alors que d’autres mettent leur névrose à ne pas avoir de relations stables?
    Lisez mon dernier article -> Quand thérapie quantique et voie d’éveil font bon ménageMy Profile

    1. Maxime

      Bonjour Hannah,
      Comme pour Sylviane, c’est une vrai question de fond que tu poses là.
      J’ai moi-même été confronté à cette question.
      Aujourd’hui, je sélectionne mon aide selon le critère de l’attitude de la personne, si je sens qu’elle a du potentiel ou pas pour évoluer vers ce qu’elle souhaite.
      Et comme je l’ai dit à Sylviane, l’offre que je mets actuellement en place change la « donne » du prix.
      « Quand l’attitude est juste, les faits ne comptent pas ».
      « Le succès ne tient qu’à une décision ».
      Une personne déterminée à changer, qui a la bonne attitude saura trouver l’argent nécessaire, Biba nous l’a confirmé.
      A moi de l’expérimenter maintenant !

      Vis une merveilleuse journée.
      Maxime

  6. Sco!@couple routine

    Bonjour Maxime,

    Curieusement, les gens que j’ai consultés ne semblaient n’avoir aucun problème avec leurs honoraires. Un coach qui coûte 225$ pour une heure et demie pour faire une technique qu’il vient juste d’apprendre sans pouvoir me dire s’il me faudra 10, 20, 30 séances ou plus, pendant des années, sans garantie de résultats quelconque, je trouvais ça un peu beaucoup, mais je n’ai jamais fait de commentaires à ces gens au sujet des prix ou des honoraires.

    Et pour toutes les personnes que j’ai consultées, le temps est très compté, peu importe si l’on est dans le milieu de quelque chose d’important qui n’était pas terminé durant la séance.

    La phrase : «On va devoir s’arrêter ici», je l’ai entendue de tous ces professionnels et j’ai payé sans les critiquer… Si j’ai arrêté de les consulter, ils ne savent pas pourquoi.

    Je me dis tout simplement : est-ce que j’ai le goût de payer ce prix,pour ceci ou cela, oui ou non?

    Ce n’est pas jamais trop cher; je n’ai juste pas le goût (ou plus le goût) de payer tant pour ceci ou pour cela. Et je le fais pour tout ce que j’achète.

    Amicalement,

    Sco!
    Lisez mon dernier article -> Comment faire durer son couple?My Profile

    1. Maxime

      Bonjour Sco !
      Merci de ton témoignage.
      Je le trouve très intéressant car il reflète ce que j’ai moi-même connu d’une certaine façon.
      C’est pour cela que pour les offres de coaching que je suis en train de mettre en place, je vais proposer un système de packs afin que les personnes intéressées puissent savoir exactement à quoi s’attendre en terme d’objectifs à atteindre, de durée et de valeur du service rendu.
      Ainsi, la focalisation n’est plus sur le prix mais sur la valeur du service que la personne qui consulte est en droit de recevoir.

      Vis une merveilleuse journée.
      Maxime

  7. Cathy de Poulettesurlenet

    Bonjour Maxime,

    Dire Non, c’est une chose que je suis en train d’assumer au fur et à mesure que je me rends compte de ma valeur dans mon activité professionnelle. Alors on dirait que cela prend du temps, le temps de l’expérience, de la confrontation au monde.

    Il me semble que le passage où l’on accepte tout est nécessaire avant de commencer à refuser naturellement ce qui nous nuit! J’ai fait l’expérience que chaque fois que je dis non à un client qui ne me convient pas, j’ouvre maintenant la porte à plusieurs autres avec qui le courant passe, avec qui ma valeur est reconnue!

    J’y vois une qualité relationnelle avec soi d’abord, au cours de ce cheminement sur la valeur…Pour moi la qualité prime sur la quantité, et la qualité a un prix. C’est à la qualité du service que je m’attache, et non au prix.

    :)
    Lisez mon dernier article -> Les 8 mots magiques… qu’il faudrait toujours dire à ses enfantsMy Profile

    1. Maxime

      Bonjour Cathy,
      Bienvenue et merci pour ton 1er commentaire :-)
      Je suis désolé du temps pris pour te répondre, je viens de retrouver ton commentaire dans les indésirables !
      Mieux vaut tard que jamais.
      Je ne sais pas si le passage où l’on accepte tout est nécessaire, ou plutôt si, je crois qu’il est nécessaire pour prendre conscience que nous pouvons tester une autre approche quand nous sommes face à quelqu’un qui nous nuit.
      Ce que je sais, c’est quand je prends la décision de fermer une porte, il y en a une autre qui s’ouvre juste derrière, même si je ne sais pas encore laquelle.
      ça a l’air également de marcher pour toi ! Chouette !

      Oui, c’est vrai. C’est tout d’abord une qualité relationnelle avec soi.
      Avec Transurfing, j’ai appris que « Le monde est notre miroir ». En me séparant des relations néfastes à l’extérieur, je fais également un nettoyage intérieur et en cela, je privilégie la qualité du service, tant pour moi que pour les autres.

      Vis une merveilleuse soirée.
      Maxime

  8. Bernadette

    Bonjour Maxime,
    j’aime bien cet article, et je suis tout à fait d’accord, bien que le cas ne s’applique pas complètement à mon business, puisque je suis distributrice pour une entreprise ayant elle-même fixé le prix de ses produits, et les encaissant elle-même, donc certains clients s’inscrivent sans avis de personne.
    C’est par contre le cas pour ceux qui veulent développer leur affaire en faisant le MLM, et je garde toujours à l’esprit cette phrase du Président Lincoln, « Les pessimistes voient une difficulté dans chaque opportunité.
    Les optimistes voient une opportunité dans chaque difficulté. » J’ai pour principe de ne pas dire non, en laissant une ouverture avec un lien, car la personne peut avoir besoin à un moment ou l’autre de ce produit, mais ne jamais entraîner quelqu’un dans un travail qui ne lui convient pas, cela consiste à avoir le plus possible une conversation directe avec la personne afin de connaître ses motivations. J’approuve Biba qui à l’intention de travailler avec Skype, c’est mon principal outil de travail.
    Bien cordialement.
    Bernadette
    Lisez mon dernier article -> Savez-vous encore prendre soin de votre organisme en 2013?My Profile

    1. Maxime

      Bonjour Bernadette,
      Bienvenue et merci pour ton 1er commentaire.
      J’aime beaucoup cette phrase du président Lincoln.
      J’ai moi-même cet état d’esprit et je vois dans chaque difficulté que je rencontre sur mon chemin une opportunité de créativité ou de croissance.

      Concernant le MLM, je commence à connaître le processus que j’ai découvert il y a 2 ans.
      Au début, j’ai écouté le chant des sirènes mais j’ai vite déchanté.
      Je ne peux pas recommander un produit que je n’ai pas testé moi-même et que je n’utilise pas dans ma propre vie.
      C’est une question de congruence, d’être aligné entre ce que je dis de faire et ce que je fais réellement.
      J’applique le même principe pour les formations que j’anime.
      J’apprends, je fais en appliquant au quotidien et ensuite j’enseigne quand c’est intégré.
      De plus, faire une information, cela s’apprend et demande un temps d’apprentissage que j’estime d’au moins 1 an pour les meilleurs si j’y consacre un temps plein.
      Sans aucun retour financier.
      Combien de personnes sont prêtes à faire cet investissement en argent et en temps sur la durée ?

      Au sujet des formations, Biba cite dans l’interview qu’elle a donné à Michèle (voir son commentaire) :
      > 5% qui achètent des formations vont au bout de celles-ci
      > La moitié (soit 2,5% de ceux qui achètent) en font quelque chose.
      Le résultat n’est donc pas lié à la formation elle-même, le résultat est lié à l’attitude de la personne qui suit la formation.
      Le résultat final sera celui de son attitude qui va créer sa réalité future.
      Et cela s’applique dans tous les domaines de la vie.

      Vis une merveilleuse soirée.
      Maxime

  9. Rémi

    Bonjour Maxime,

    Merci d’avoir partagé cet article de Biba !

    Cet article m’intéresse d’autant plus qu’il est au cœur du thème de mon blog, l’affirmation de soi.

    J’aimerais rebondir sur 2 points : dire non à ses clients, et savoir dire non

    1) Dire non à ses clients

    A travers cet article je retrouve les idées que Timothy FERRISS a développées à travers son fameux livre « La Semaine de 4 heures ».

    Tim FERRISS y parle en effet du « principe de PARETO » (connu aussi sous le nom « principe des 80/20 »).

    Ce principe initialement observé dans les économies non régulées peu s’appliquer, en fait, à de nombreux domaines de notre vie (personnelle ou professionnelle).

    Tim FERRISS a observé ce principe dans son propre business : 80% de ses bénéfices venaient de 20% de ses clients ; et inversement, 80% de ses clients ne lui rapportaient que 20% de ses bénéfices…

    Ce principe est valable aussi en efficacité personnelle, puisque 80% de nos résultats ne seraient obtenus qu’avec 20% de notre temps. Et inversement, on utiliserait 80% de notre temps à n’obtenir que 20% de nos résultats…

    L’idée que Tim FERRISS lance donc, pour développer son activité (idée qui rejoint l’article de Biba), c’est qu’on peut dire NON à 80% de ses clients. De cette façon, on concentre notre énergie sur les « bonnes » relations professionnelles : on offre un meilleur service, on est plus disponible, et plus épanoui…

    C’est une solution assez radicale, mais je pense qu’il est important de la garder en tête.

    Voilà pourquoi je voulais la partager, ou la rappeler à ceux qui ont lu le livre de Tim FERRISS.

    2) Savoir dire non

    Maintenant se pose la question suivante : « comment dire non ? »

    La réponse est simple… quand on n’ose pas dire non, c’est parce qu’on a peur : peur du conflit, peur du jugement des autres, peur de ne plus être apprécié, peur de ne pas être indispensable, peur des conséquences, etc.

    La solution consiste donc à nous interroger sur nos peurs. On découvre alors que ces peurs son liées à des croyances qu’on a acquises pendant l’enfance à travers des processus internes (interprétations, généralisations, etc.) ou des processus externes (discours des parents, des enseignants, à notre sujet, ou au sujet de la vie en général).

    Des croyances, ce sont par exemple des pensées du genre « On doit aider les autres quand on peut », « Si je refuse un service à quelqu’un il me le fera payer. », etc.

    Certaines de ces croyances sont fausses ou incomplètes. Et elles nous limitent. Nous devons donc en prendre conscience pour nous libérer…

    Si tu le permets, et si cela les intéresse, j’invite tes lecteurs à lire mon dernier article qui aborde justement ce sujet.

    Encore merci pour ce partage,
    A très bientôt,
    Rémi
    Lisez mon dernier article -> Moins de stress, plus d’énergie avec l’affirmation de soiMy Profile

    1. Maxime

      Bonjour Rémi,
      Merci infiniment de ton commentaire.
      J’aime beaucoup les 2 points que tu développes.
      J’ai découvert le livre de Tim Ferris par Olivier Roland ainsi que celui de Richard Koch « Bien vivre le Principe 80/20 ».
      Cela m’a permis d’approfondir ce concept de la loi de Pareto que j’avais découvert en entreprise.
      Concernant le 2ème point, je trouve que tu abordes très clairement le rôle de la peur et de nos croyances limitantes.
      Donc, doublement merci pour ce commentaire très riche.
      Je réponds avec grand plaisir à ta demande et j’invite mes lecteurs a aller sur ton blog pour y découvrir des articles de grande qualité concernant le développement de l’estime de soi.

      Vis une merveilleuse journée.
      Maxime

  10. Johann

    Très bon article et très bonne traduction ;)
    Le titre m’a fait grincer des dents, j’étais très curieux de comprendre le pourquoi du comment.
    Dire non à un contrat est très dur (surtout au début) mais j’avoue que les arguments exposés se tiennent, j’essayerais de m’y tenir :)

    1. Maxime

      Bonjour Johann,
      Bienvenue pour ce 1er commentaire :-)
      Je suis heureux que cet article te plaise.
      Effectivement, c’est dur de dire non à un client potentiel quand on démarre une activité.
      Ce qui m’aide à le faire, c’est de rester focalisé sur mon objectif à moyen ou long terme.
      En me connectant à quelque chose de plus grande valeur, la pilule est plus facile à avaler !

      Vis une merveilleuse journée.
      Maxime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge