«

»

Mai 27

Comment faire face à l’échec ?

Après avoir invité Biba Pedron, c’est au tour de Karine que j’ouvre les portes de mon blog ; Karine, sportive de haut niveau et créatrice du blog  École du Bien-Être va vous partager dans cet article sa vision de la relation à l’échec dans son activité de sportive et comment elle est parvenue à faire face à l’échec.

Je lui laisse la parole !

Merci Maxime de m’accueillir sur ton blog et de me donner l’opportunité de m’exprimer sur une relation bien particulière ; une relation qu’on éviterait bien, tant elle peut être désagréable, voire destructrice.

Il s’agit de notre relation à l’échec. 

échec réflexion

Qu’il soit professionnel, sentimental, sportif…léchec, tout le monde le connait. Petit ou grand, il a croisé nos chemins. Comme vous l’avez déjà vécu, il peut nous rendre plus fort ou nous handicaper,  voire nous anéantir.

 

Alors, quand il est là, que faire de lui ? 

Que lui dire ? Qu’a t-il à nous dire ?

 

Je l’ai rencontré, j’ai discuté avec lui : voilà

– comment cela s’est passé,

– ce que je lui ai dit,

–  ce qu’il m’a dit.

—-

 

06 Avant l’échec, il y avait comme un goût de victoire !

Je suis tombée dans la marmite, à la naissance. Quelle potion y avait-il dans cette marmite ? Une formidable potion au goût de VICTOIRE !

Non, non, juré, craché, jamais je ne me suis dopée. Je tiens tellement à ma santé, que je n’ai même pas essayé. Comme diraient les analystes transactionnels, J’étais seulement shootée au driver : ‘’sois forte ! ‘’ ou ‘’sois parfaite ‘’.

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours souhaité être la 1ere… partout. Tout ce que j’entreprenais me réussissait assez bien en général  : le sport, les études, les relations….

Le sport de compétition fut mon terrain de jeu, de prédilection : natation, tennis, basket, course à pied, triathlon, raids multisports, trail…

J’ai beaucoup donné, j’ai beaucoup mouillé le maillot comme on dit,  par envie, par passion, avec une forte envie de gagner ! 

podium                                               Podiums au raid orient’alpins

—-

06 Après la victoire, il y avait comme un goût d’échec.

 

Au début tout filait droit, je grimpais dans les classements de course en course, de tournoi en tournoi, de la maternelle au doctorat, d’ami en ami : c’était mon heure de gloire !

   cfc1

                                        Chaque balise trouvée, une petite victoire

Mes 5 plus beaux résultats, j’en suis fière :

– Ma victoire à mon 1er cross des écoles : c’est là que tout a commencé !

– Championne de France des raids de course d’orientation ( équipe de 2).

– 21ème aux Championnats de France (FFA) de 10km en 36’30.

– 8ème aux Championnats de France de course en montagne.

– Mon Doctorat STAPS ( Sciences et techniques des activités physiques et sportives)

Mais pour en arriver là, il en a fallu …des déceptions, des échecs, des défaites !

Le gout de l’échec

Le problème : plus on monte dans les classements, plus le risque de PERDRE est grand.

Dans le haut-niveau , que ce soit en sport, dans le milieu professionnel, le milieu étudiant,  la victoire se joue :

–  à des millièmes de secondes, (sport)

– à des demi-points (concours)

– à une place, (entretien de recrutement)

– …

Après les sourires, c’était :

– l’énervement, les colères, la tristesse de perdre, 

– l’envie ( et pas que !) de casser sa raquette,

– envoyer ‘’paitre’’ tout le monde,

– l’envie de crier MERDE en pleine course d’orientation, perdue dans les bois,

– de tout abandonner, après des problèmes de harcèlement moral lors de mes études,

– de dormir, dormir, dormir après une grosse déception sentimentale.

—-

sportif en colère  Tenu en échec, Djokovic se venge sur sa raquette

Eh oui, j’avoue, la tête déraillait parfois.

Une formation de préparateur mental m’a doté de nombreux outils. Ajoutés à cela, d’autres formations et beaucoup de lectures, j’ai pu retrouver la joie :

– de me hisser au sommet de certains podiums,

– de finir ‘’saine et  sauve’’ mes études,

– de créer une famille formidable !   

Depuis, entre autres, j’ai enseigné et j’enseigne encore le Bien-être et la réussite auprès d’étudiants :

– L’élite sportive de l’Université Technologique de Compiègne ( UTC) 

– L’Ecole de Management de Grenoble ( GEM).

—-

06 Ma première fois où j’ai appris à parler intelligemment avec ‘’Monsieur Échec’’

 

Un jour j’ai ouvert un livre : ‘’ Savoir gagner de Luis Fernandez’’. Luis Fernandez était un ancien préparateur mental de haut-niveau à l’INSEP.

Il insistait bien sur le fait que pour exceller, il n’y avait pas de place :

– pour la chance,

–  pour le hasard,

– pour l’à peu près.

Il y avait juste des lois à respecter. Il en a mis 13 en avant et parmi celles- là, il y avait … 

loi haut niveau

  Les 13 lois

Accepter de perdre  ! Pas facile, hein ?

Mais ça tombait bien car je déteste perdre, échouer  !!! Pas vous ?

 

Pour l’étudiant : accepter par avance de ne pas être reçu à un concours, d’être recalé, de ne pas être sélectionné suite à un entretien de recrutement…

 

Pour les parents : accepter par avance de ne pas avoir le dernier mot, de ne pas avoir raison, de ne pas réussir à se faire obéir, de ne pas imposer son point de vue, de ne pas dominer…

 

Pour le manager : accepter par avance de se faire contredire, accepter de ne pas mener un projet à temps, de ne pas atteindre ses objectifs …

 

Pour le couple, accepter que l’autre parte.

 

Pour le sportif : accepter par avance la défaite.

 

 

defaite déception                                La France tenue en échec au tournoi des VI nations

—-

06 Quand vous perdez, que vous dites-vous ?

– Des gentils petits mots ? 

– Je suis nul à …

– C’est de la faute de …

– Je n’y pense plus ; il n’y a rien à ajouter, basta.

– On en reparlera plus  tard

– j’abandonne

– …

depressed-stone

Mauvaises nouvelles  : il va falloir changer vos dialogues internes, votre façon de communiquer avec vous même si vous voulez renouer avec ‘’Madame La Victoire !’’, si vous voulez réussir votre vie sportive, familiale, sentimentale, professionnelle…votre vie tout court !

 

06 Quelle relation établir avec l’échec ?

 

Non pas la résignation, mais l’acceptation. Cela veut dire, avoir en tête :

 

Pour le sportif , et si je perds ?

 

Pour l’étudiant , et si je me rate ?

 

Pour les parents, et si je n’arrive pas à me faire entendre ? 

 

Pour le manager, et s’ils ne sont pas d’accord avec moi ? Et si le projet n’est pas terminé avant la dead–line ?

 

i found you! Que se passe t-il ?

Quel chemin je prendrai ensuite ?

Quelle bouée de secours ? Quel plan B ?

—-

 

06 Face à l’échec, posez-vous les bonnes questions

Voici une routine de performance à mettre en place après une erreur, une défaite, un échec. Posez-vous ces 6 questions :

– Que retenir de cet échec ?

– Que s’est-il passé ? Que se cache t-il derrière cet échec ?

Qu’aurais- je dû faire de différent ? Que dois je améliorer ?

– Que vais-je faire à présent ? Continuer, abandonner, persévérer ? 

– Qu’est-ce qui a bien marché et que je peux reproduire ?

– A quoi je m’engage dès demain ?

 

Communication Questionnez-vous !

06 Face à l’échec, faites-vous cette suggestion

Toute suggestion positive formulée plusieurs fois impacte votre esprit. Comme nos pensées sont à l’origine de nos comportements, vous pouvez donc vous répéter cette phrase suivante:

« Toute difficulté, erreur ou échec qui m’arrive , je le transforme systématiquement en opportunité ».

Essayez et dites-moi ce que vous en pensez.

Peut-être allez-vous vous sentir pousser des ailes ?

liberté 

06 Échec que me dis-tu ?

 

– Prépare-toi mieux.  ‘’Ne pas prévoir c’est déjà gémir.’’ ( Léonard de Vinci)  ;

Sois plus exigeant. ‘’Je suis un guerrier et un insatisfait, c’est l’apanage du champion’’ ( André Panza – Champion de sports de combat)

– Sois prévoyant.   ‘Le gagnant sait ce qu’il fera s’il perd et ne le dit pas ; le perdant sait ce qu’il fera s’il gagne et le dit haut et fort.” (Anonyme)

– Sois plus méthodique. ‘’ Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée ; aussi l’excellence n’est-elle pas un exploit mais une habitude.’’ (Aristote)

– Persévère. ‘’La plupart des gens abandonnent juste quand ils sont sur le point d’atteindre le succès. Ils abdiquent sur le dernier cent mètres. Ils abandonnent à la dernière minute du jeu, à un doigt de la victoire.” (Ross Perot – Milliardaire américain)

Pense autrement. ‘’La différence entre les champions et les autres ne résidaient pas dans les capacités physiques, techniques, tactiques mais dans la démarche mentale,  dans la façon de penser.’’ ( Luis Fernandez – Préparateur mental).

– Valorise ta réalisation, ta prestation. ‘’L’important c’est de transformer l’autocritique en quelque chose de positif.’’ (Ivan Lendl – Champion de tennis.)

– Change quelque chose. Semez les mêmes graines, vous récolterez les mêmes fruits. ‘’La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent’’  (Einstein)

Dis-toi ‘’Comment’’ et non ‘’pourquoi’’ : Orientez-vous solutions ( Comment ? ) et non problème (pourquoi), selon la Programmation Neuro-Linguistique (PNL)

– Pense ‘’gagnant gagnant’’ : relativise ! ‘’Si l’échec vous apprend quelque chose, vous n’êtes pas vraiment perdant.’’ (Zig Ziglar – conférencier américain)

– Fais de ton échec, ta future réussite. ‘’L’important est de tirer une leçon de chaque échec.’’ ( John Mc Enroe – Champion de tennis)

Pour finir, dites-vous que ce n’est qu’une étape vers la réussite : ‘’Ne l’appelez pas échec, appelez-le éducation’’ (Thomas Edison – Inventeur et businessman américain)

Eye looking through hole                                                     Derrière l’échec , il y a …

—-

06 Questions du jour :

 

Et vous, comment communiquez-vous avec l’échec ?

Que lui dites-vous ?

– L’échec que vous dit –il ?

 

Cet article vous a plus ? Partagez-le via vos réseaux sociaux. Merci de votre partage. Un commentaire, c’est comme une victoire pour moi.

P1040803 Karine SMAGGHE

Coach

Préparateur mental spécialisé en sophrologie

http://ecole-du-bien-etre.net/

 

 

 

 

 

Pensez à vous inscrire !

Comment atteindre vos objectifs.... Même si vous avez des problèmes !Au fait, pensez à vous inscrire dans le formulaire ci-dessous.
Vous recevrez en cadeau l’Ebook gratuit « Comment Atteindre vos Objectifs… Même si Vous Avez des Problèmes« .
La lecture de cet Ebook va vous apporter énormément de valeur notamment sur les points suivants :

  • Comment voir une opportunité dans chaque problème
  • La découverte du 3ème mot dans l’expression « Voir + Croire + …. = Pouvoir »
  • L’identification des croyances qui vous enferment
  • 4 exemples d’histoire : Victime ou Responsable
  • Le modèle utilisé par ceux qui transforment leurs problèmes en opportunités.
Share

(20 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Maxime

    Bonjour Karine,
    Merci pour cet article que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire et à publier.
    Je profite de cette zone commentaire pour répondre à tes questions.
    Je suis actuellement en train de revoir complètement ma relation à l’échec.
    Je termine aujourd’hui vendredi ma semaine intensive d’anglais et Val, l’animatrice du cours, m’a dit lundi dernier « Maxime, cette semaine, tu ne me demandes pas d’épeler les mots que tu ne connais pas, tu écoutes et tu répètes, c’est tout ! ».
    En gros, de mon point de vue, elle me demandait d’échouer VOLONTAIREMENT !
    Une aberration pour mon mental et mon cerveau gauche !
    Là, j’ai pris conscience que réussir faisait partie de ma zone de confort.
    Et j’ai décidé de suivre ses conseils, pour voir !
    Certes, je suis sorti de ma zone de confort et c’était désagréable d’aller contre mon envie première de lui demander d’épeler un mot que je ne savais pas écrire, comme « Stubborn » par exemple qui signifie « têtu » ou quelque chose comme ça.
    Oui, vous avez deviné, c’est de moi qu’il s’agit !
    Mais au bout du compte, j’ai pu vivre combien sa demande était un véritable cadeau.
    Car je me suis focalisé sur l’écoute et non plus sur le visuel.
    Et là, j’ai découvert une nouvelle dimension que je ne connaissais pas encore.
    Et j’y ai pris du plaisir :-)
    J’avais d’ailleurs appris que l’échec, ça fait partie du chemin, que c’est également une source d’auto-information pour m’ aider à me recentrer sur ce que je veux vraiment.
    Grâce à ton article, Karine, je me rends compte aujourd’hui que je peux commencer à voir les choses autrement :
    « La victoire ou l’échec », c’est ma zone de confort.
    Et sortir de ma zone de confort, c’est rentrer dans un nouveau mode de pensée qui consiste à dire « la victoire ou l’échec, cela a la même valeur à mes yeux ! Ce qui compte, en fait, c’est l’expérience, ce que je vais ressentir dans mon corps comme sensations que je réussisse ou que j’échoue ».
    Et là, ça change tout !
    Cela veut dire que je me concentre uniquement sur l’instant présent, que je me détache du résultat qui est de réussir ou d’échouer.
    Merci Karine, grâce à toi, je suis en train de mettre encore plus de sens sur cette phrase de Vadim Zeland du tome 3 de Transurfing :
    « Renonce à l’intention d’obtenir, remplace là par l’intention de donner, et tu vas recevoir ce à quoi tu as renoncé ».

    Vis une merveilleuse journée.
    Maxime

    1. karine

       »Cela veut dire que je me concentre uniquement sur l’instant présent, que je me détache du résultat qui est de réussir ou d’échouer. »

      En effet Maxime…parfois on est tellement focalisé sur le résultat, qu’on loupe le meilleur !

      En sport, en préparation mentale, on faisait bien la différence entre objectifs de résultats et objectifs de maitrise !
      Mon objectif de maitrise va servir mon objectif de performances.

      Se focaliser uniquement sur le résultat stresse .. surtout si ça tourne mal !
      Se focaliser sur comment l’atteindre est beaucoup plus aidant…

      A bientôt Maxime.
      Karine
      Lisez mon dernier article -> ” Moins de stress et plus d’énergie ” : jour 2My Profile

  2. Jean-Luc (de Moralotop)

    Bel article karine.

    Que serait le succès sans l’échec ?
    Et inversement.
    Les deux vont ensemble.

    Si un restaurant est plein à chaque service, il ne peut que devenir moins plein, voire déserté.
    Puis retrouver son top.

    Nadal a tant gagné RG qu’il finira bien par le perdre.
    Cette loi est immuable et universelle.

    Faire du sport, comme toi, (ou quoi que ce soit dans la vie) nécessite d’accepter que le succès est une marche vers l’échec… et inversement.

    Alors on vit serein !
    Bonjour à Maxime.
    Lisez mon dernier article -> Vide grenier : Episode 1My Profile

    1. karine

      Merci Jean Luc, de ton passage ici et de ton compliment.

      Ton commentaire me fait penser à cette citation :
      « Les gens que tu croises quand tu montes vers les sommets, tu peux les recroiser quand tu descends vers l’enfer. »
      de Mike Tyson

      L’échec et la réussite…un beau duo..qui nous font vivre pleins d’émotions !
      Et quel beau défi aussi, de déstabiliser les champions et de prendre , peut être , un jour leur place !

      A bientôt
      Karine
      Lisez mon dernier article -> ” Moins de stress et plus d’énergie ” : jour 2My Profile

      1. Maxime

        Bonsoir Karine,
        Grâce à toi, je viens de me reconnecter à Roland Garros et je me suis offert la récompense ce soir de regarder la fin du match entre Gilles Simon et Roger Federer.
        Quel beau défi, en effet pour Gilles d’avoir réussi à déstabiliser Federer !
        J’ai adoré leur interview de fin de match par Centoro.
        Voilà ce que j’appelle l’authenticité !

        Vis une merveilleuse soirée.
        Maxime
        PS: Je crois que je vais m’offrir également une autre récompense mardi lorsque Federer va jouer contre Tsonga !

  3. karine

    Merci Jean Luc, de ton passage ici et de ton compliment.

    Ton commentaire me fait penser à cette citation :
    « Les gens que tu croises quand tu montes vers les sommets, tu peux les recroiser quand tu descends vers l’enfer. »
    de Mike Tyson

    L’échec et la réussite…un beau duo..qui nous font vivre pleins d’émotions !
    Et quel beau défi aussi, de déstabiliser les champions et de prendre , peut être , un jour leur place !

    A bientôt
    Karine
    Lisez mon dernier article -> ” Moins de stress et plus d’énergie ” : jour 2My Profile

  4. hannah@technique Tipi

    Bonjour Maxime et Karine,
    J’ai eu plusieurs stratégies au fur et à mesure de mon parcours.
    J’ai aussi fait du sport à haut niveau et je révisais mes positions
    en terme de nouvelles performances à venir.
    Aujourd’hui, ce qui m’intéresse plus c’est d’être libre de mes blessures ou d l’idée que je me fais de mes blessures.
    Lorsque je suis soumise à un échec, j’ai la foi que c’est pour élargir mon horizon même si en apparence cela me fait mal.
    Je cherche toutes les émotions que cela réveille ainsi que les mémoires cellulaires.
    Lorsque mon travail intérieur est terminé, je ne vois plus d’échec mais un immense élan de gratitude pour ce qui a été soulevé et ce qui s’est dégagé en moi grâce à l’échec, qui, du coup n’en est plus un.
    Lisez mon dernier article -> Peut-on s’amuser en faisant un travail sur soi ? La psychologie des couleurs répond!My Profile

    1. karine

       »Je cherche toutes les émotions que cela réveille ainsi que les mémoires cellulaires. »

      Peux-tu nous en dire plus sur  » Les mémoires cellulaires » ?

      Merci
      Karine
      Lisez mon dernier article -> ” Moins de stress et plus d’énergie ” : jour 2My Profile

    2. Maxime

      Bonjour Hannah,
      Merci pour ta contribution à cet article.
      « Être libre de ses blessures ou l’idée que tu te fais de tes blessures ».
      De mon point de vue, c’est effectivement une clé.
      Cela me renvoie à ce que dit Deepak Chopra dans son livre « Les clés spirituelles de la richesse » :
      Nos échecs sont des points de passage dans le mécanisme de création qui nous rapprochent toujours plus de nos buts. En réalité, l’échec n’existe pas. Ce que nous appelons échec n’est qu’un mécanisme à travers lequel nous pouvons apprendre à faire les choses correctement.

      Vis une merveilleuse soirée.
      Maxime

  5. Philippe

    Merci Karine, pour ton article sympa et tonique. Un truc sympa à faire c’est de regarder toutes les catastrophes qui sont arrivées après un truc ou tu as vraiment réussi, et tous les succès qui ont inéluctablement découlé de ces échecs. Pleins d’exemples: le super job qui finit en burn out et s’enchaîne par une profonde transformation intérieure, la femme (l’homme) de ta vie qui se transforme en persécuteur, un licenciement que tu transforme en créant ta boite qui…. périclite etc… En fait, c’est juste une question de ressenti, succès et échecs sont des notions très relatives, tout dépend du moment ou tu le regardes et de ce que tu regardes
    Lisez mon dernier article -> Séjour de l’Ascension 2013My Profile

    1. karine

      Bonsoir Philippe

      C’est marrant parce que , ce que tu dis, je l’ai vécu via une amie.

      Il y a un mois, elle était au fond du trou à cause d’une relation professionnelle.
      1Mois plus tard,
      – après avoir agi, bougé.
      – .fait ce qu’elle croyait impossible à faire,
      – impensable même..

      cela débouche sur un autre job, une sorte de promotion ! Elle est aux anges !

      Merci Philippe de ta remarque très intéressante
      Karine
      Lisez mon dernier article -> ” Moins de stress et plus d’énergie ” : jour 2My Profile

  6. Francoise Caroline

    personnellement c’est quand j’ai quitté la peur de me tromper (merci Maxime de ta petite vidéo de Claire B.) que j’ai pu rencontrer l’échec de façon plus sereine….et alors je le vis, désormais, comme mes tristesses et mes colères, l’occasion d’aller voir derrière…le cadeau…. qui est toujours de taille !
    Avant avec la peur de me tromper, l’émotion m’étranglait et je vivais l’échec comme une spirale descendante via culpabilité et non valeur. Mon temps était absorbé à l’évitement d’une situation d’échec, donc pas de sport de haut niveau bien sûr!

  7. Maxime

    Bonsoir Françoise Caroline,
    Je suis heureux d’apprendre que la vidéo de Claire Blondel t’ai plu !
    Merci de ce feed-back.
    J’aime ce que tu écris : voir le cadeau qu’il y a derrière.
    En transurfing, cela s’appelle la coordination de l’intention, en l’occurrence la transition délibérée, choisir délibérément quelle pensée, quelle émotion, quelle décision et quelle action-comportement pour faire face à une situation donnée.
    Et j’ai constaté que plus l’intensité émotionnelle était forte, plus la taille du cadeau était grande !

    Ce que tu décris, la spirale descendante, à contrario, c’est la transition induite, lorsque tu deviens un pantin du balancier, quand tu mets de l’importance sur le résultat, quand tu t’identifies à un des 3 rôles préférés du mental : l’offensé, le guerrier ou le demandeur.

    Mon sport de haut niveau à moi, c’est nourrir ma position d’observateur, qui me permet de sortir de ma zone de confort au quotidien pour élargir mon cercle d’influence et éviter au maximum la zone de panique :-)

    Vis une merveilleuse soirée.
    Maxime

  8. Dorian

    Bonjour Karine,

    Super tout ça :)
    J’ai connu les compétitions à haut niveau et j’ai connu les cuisants échecs qui font très mal à moral. Ensuite on apprend. Le développement personnel m’a d’ailleurs permis de comprendre certains échecs du passé, qui étaient bien évidememnt nécessaires. Dommage que certaines occasions de se représenteront jamais ou sous une forme différente :)

    Pour moi il n’y a pas d’échec, il n’y a que à apprendre. Quand on fait de son mieux, il n’y a jamais de regret à avoir. Même si parfois cela demande du recul.

    Bien amicalement,
    Dorian
    Lisez mon dernier article -> Soigner la source du problème et non le symptômeMy Profile

    1. karine

      Par curiosité, quel sport pratiquais tu à haut niveau ?

      Et merci de ton passage par ici..

      Karine
      Lisez mon dernier article -> Moins de STRESS et plus d’ENERGIE: en ce jour 9, communiquons bien !My Profile

      1. Dorian

        Une catégorie de sport particulière que l’on appelle esport, soit les compétitions de jeux vidéos. Sur un jeu de course. Ceux qui sont dans le milieu savent à quel point ces compétitions sont éprouvantes. Mentalement souvent plus difficiles que les sports classiques. Mais tous les sports sont différents ;)
        Lisez mon dernier article -> Soigner la source du problème et non le symptômeMy Profile

  9. Agnès

    Bonjour Karine et Maxime.
    Personnellement depuis quelques semaines mon expérience m’amène a vivre des expériences et non des victoires ou des échecs.
    J’ apprends à ne plus valider avec mon mental ou le mettre en avant mais ou bien verbaliser pour retenir l’expérience dans ma banque de données comme je l’ai toujours fait.
    Ce que je vis dans l’instant  » est une expérience de cet l’instant là et c’est tout » Et je pense que je n’ai pas envie de reproduire cette même expérience de l’instant sinon je retombe dans le mental etc etc et je ne suis plus dans la liberté d’être.
    Je me laisse ressentir à travers mon corps ce qui se passe, pour rester dans qui je suis et je poursuis mon chemin.
    Je dois te dire Karine que cette façon de vivre que j’expérimente est en train de bouleverser toute ma vie et je ne sais pas encore où je vais, car cela est frais de 2 semaines simplement.
    Plutôt de de faire de mon mental et de l’intellect ma priorité, j’en arrive à un mouvement très différent pour mettre mon ressenti de l’instant présent en avant, afin d’écouter et mettre l’action qui suit à son service puis j’utilise mon mental à ses fin là, simplement.
    C’est symboliquement le saut de Maxime en parachute, je vis une expérience inconnue ou l’échec et la victoire se transforme uniquement en expérience de l’instant.
    Merci pour ton article;
    Bonne journée à tous.
    Agnès

  10. Marc

    accepter de perdre , c’est une phrase libératrice qui aide à sortir de l’envie qui nous enferme sur nous-même et qui nous fait mal par la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge